medium_pottercover3Roman de J.K. Rowling (2007)
Livres de J.K. Rowling déjà lus : Harry Potter à l'école des sorciers (1997), Harry Potter et la chambre des secrets (1998), Harry Potter et le prisonnier d'Azkaban (1999), Harry Potter et la coupe de feu (2000), Harry Potter et l'ordre du phénix (2003), Harry Potter et le prince de sang-mêlé (2005)

Quatrième de couverture :
Harry a été chargé d’une tâche sombre, dangereuse et qui semble impossible : retrouver et détruire les Horcruxes restants de Voldemort. Harry ne s’est jamais senti aussi seul, ni n'a jamais eu affaire à un futur aussi rempli d’ombres. Mais d’une façon ou d’une autre, Harry doit trouver en lui la force pour accomplir la tâche qu’on lui a donnée. Il doit quitter la chaleur, la sécurité et la compagnie du Terrier, et suivre sans peur, ni hésitation le chemin inexorable qui s’étend devant lui !

Mon avis :
Voici donc enfin le septième et dernier épisode des aventures du sorcier le plus célèbre du XXIe siècle. Objet de toutes les attentes, Rowling pouvait faire de ce volume une déception internationale ou l'entrée de son oeuvre au panthéon de la littérature britannique et mondiale.
Le défi est relevé, et haut-la-main. On le savait, Harry Potter et les reliques de la mort devait être la conclusion de tout l'apprentissage du jeune héros, l'aboutissement  de toute la série. En ce sens, la boucle est bouclée. En ce qui concerne l'intrigue, tous les éléments restés en suspens sont ainsi résolus, et bien que tout se déroule dans une certaine logique, l'auteure n'en oublie pas pour autant de nous surprendre. Harry devra affronter Voldemort? Il le fera! Mais le lien entre les deux personnages n'implique-t-il pas la mort de ces deux derniers? Oui, aussi. Rowling nous livre ici son roman le plus complexe. Le manichéisme enfantin tombe, les motivations et les caractères ressurgissent. Le bien et le mal s'affrontent, mais s'entremêlent également, allant de paire avec l'âge adulte dans lequel entre Harry.
Depuis quelques volumes, Rowling laissait paraître un autre affrontement à venir, celui du peuple face à un gouvernement de plus en plus corrompu et totalitaire. Le dernier opus de la série voit le soulèvement de toute une communauté face à leur dictateur, le roman prenant la dimension des plus grandes fresques politiques et idéologiques., une sorte de Misérables chez les sorciers.
Le personnage de Harry (et de ses deux compères) évolue en même temps que l'histoire. La série commençait aux prémisces de son adolescence, il est devenu ici adulte, avec les responsabilités que cela implique. Les trois héros n'ont plus le temps de se perdre en enfantillages, ils ont une mission à accomplir, même si celle-ci peut aller à l'encontre de leur amitié. Ils arrivent à un âge où il faut faire des choix et assumer ce que l'on1186076456 est. Pour Harry, c'est aussi l'âge des désillusions. Ses certitudes sont mises à mal : ses modèles se révèlent être des personnes avec leurs défauts et leur côté obscur, ses ennemis s'avèrent être meilleurs qu'il n'y paraît.
Sur la forme, J.K. Rowling ne lâche à aucun moment le lecteur. Le roman s'ouvre sur une scène des plus sombres, qui donne la tonalité de l'histoire à suivre. Les scènes d'action se multiplient, les scènes d'émotion trouvent une profondeur inégalée jusqu'alors. Chaque scène est traitée comme si c'était la plus importante du livre, dans un style plus mûr et plus direct que dans les précédents volumes. Il est bien difficile de lâcher ce roman, tellement chaque épisode contient son lot de rebondissements et de révélations.
Quid des polémiques qui flottent au-dessus de cet événement mondial? Beaucoup s'interrogent sur le nombre de morts que contient le roman? À cela je répondrai que oui, il y a beaucoup de morts, qui sont violentes surtout d'un point de vue émotionnel. Je souhaite d'ailleurs tout mon courage au réalisateur qui devra se coltiner l'adaptation des Reliques de la mort sans le voir interdit aux moins de 12 ans. Mais ces morts ont toutes un ancrage logique dans la mécanique de l'histoire. Je ne cèderai pas à la facilité en vous en donnant le nombre ou les noms, mais disons que vont périr les personnages auxquels on s'attend le moins.
Pour conclure, je parlerai de la déception du roman (ben oui, il en faut bien une!), à savoir l'épilogue final. Si je comprends entièrement l'intention de l'auteure de bien annoncer à ses lecteurs que ce volume sera le dernier des derniers, et qu'elle ne veut en aucun cas revenir dessus, je suis déçu de savoir ce qu'Harry et ses amis deviendront dix-neuf ans plus tard. Toute la série aurait gagné d'une aura de mystère à la fin : que serait devenu Harry Potter une fois sa destinée accomplie? Certains auraient pu imaginer cette fin, pour le moins emprunte des contes traditionnels ; d'autres auraient pu voir une dépression tomber sur le pauvre ado, qui ne verrait dans sa vie future qu'un vide intersidéral ; d'autres encore auraient pu s'inventer eux-mêmes d'autres aventures. Qui sait, peut-être l'un d'eux reprendra le flambeau, perpétuera la légende...

Ils en parlent aussi : BlueGrey Grominou Isil Katell Lilly Lou Praline Rose Sandrounette Thom Yueyin

Premières lignes :
The two men appeared out of nowhere, a few yards apart in the narrow, moonlit lane. For a second they stood quite still, wands directed at each other's chests; then, recognising each other, they stowed their wands beneath their cloaks and started walking briskly in the same direction.
'News?' asked the taller of the two.
'The best,' replied Severus Snape.