Cinq_petits_cochonsRoman d'Agatha Christie (1942)
Livres d'Agatha Christie déjà lus : Le Meurtre de Roger Ackroyd (1926), Les Quatre (1927), Le Crime de l'Orient-Express (1934), A.B.C. contre Poirot (1935), Mort sur le Nil (1937), Dix petits nègres (1939), Les Travaux d'Hercule (1947), Témoin à charge (1948), Jeux de glaces (1952), La Nuit qui ne finit pas (1967)

Quatrième de couverture :
Cinq témoignages accablants ont fait condamner à la détention perpétuelle Caroline, la femme de Amyas Crale, peintre renommé, mort empoisonné.
Seize ans après, Hercule Poirot, le détective belge qu'Agatha Christie a rendu célèbre, prend l'affaire en main. Ne s'arrêtant pas aux évidences, tirant parti du moindre indice, il fait éclater une vérité à laquelle personne ne s'attendait.


Mon avis :
Bien avant Cold Case - Affaires classées et son héroïne Lilly Rush, Hercule Poirot démontrait déjà dans Cinq petits cochons comment résoudre une affaire vieille de 16 ans. Si le schéma de l'intrigue de ce roman paraît assez conventionnel dans le monde d'Agatha Christie, même s'il ne constitue pas la construction de TOUS ses romans non plus, comme veulent le prétendre ses détracteurs, cette donnée est fondamentale car elle influe directement sur la façon dont Poirot va mener l'enquête. Celui-ci se gargarise souvent dans ses autres aventures de ne jamais faire attention aux indices physiques, pour n'élucider une enquête qu'en faisant fonctionner "ses petites cellules grises". Mais l'on se rend bien compte que, dans sa mauvaise foi qui en fait un personnage cocasse et attachant, il se contredit et prend toujours en compte certains éléments occulaires ou auditifs, que l'auteure prend bien soin d'occulter à son lecture, cette coquine! Ici Poirot n'a pas le choix. Seize après les faits, il lui serait difficile de retrouver une trace de pas ou des empreintes digitales. Rappelons quand même, pour les plus jeunes lecteurs, que Poirot ne disposait pas d'une équipe et des moyens de Grissom dans Les Experts. Ici seules logique et réflexion seront ses armes. Le challenge est d'autant plus grand qu'il en va de sa propre réputation, qu'on aimerait voir surfaite au moins une fois.Agatha_Christie
Une fois n'est pas coutume, Cinq petits cochons est centré autour d'une victime que les autres personnages n'avaient aucune raison de vouloir voir mort, si ce n'est sa femme, condamnée à perpétuité pour un crime qu'on se demandera jusqu'à la fin si elle ne l'a pas vraiment commis. Dans les autres romans de Dame Agatha qui suivent le même modèle, la victime est, la plupart du temps, le mec contre qui tout le monde avait une dent, un guignol qui n'avait pas senti comme un climat d'hostilité là où il posait le pied, alors que ça sentait le "dîner de cons" dès le départ! Christie se sert de ses personnages pour aborder les thèmes qui lui tiennent à coeur et qu'elle développe tout au long de son oeuvre : les amours cachées, la convoitise, la frustration et le bouleversement d'un monde en pleine mutation.
Agatha Christie utilise une fois de plus le motif de la comptine pour construire son histoire (souvenez-vous de Dix petits nègres), mais également pour construire son roman. Le roman se divise en trois parties de cinq chapitres, donnant lieu à cinq récits, cinq conclusions et cinq questions finales. C'est donc cinq fois la même histoire qu'il nous est donné de lire dans ce roman, ou comment Usual Suspects a tout piqué à une vieille anglaise! Trouverez-vous le petit cochon coupable? Celui qui allait au marché? celui qui restait chez lui? celui qui mangeait du rôti? celui qui n'avait rien du tout? ou peut-être celui qui criait : "Aïe! Aïe!"? À vous de jouer!

Il en parle aussi : Thom

Premières lignes :
Hercule Poirot regarda avec intérêt, et bientôt avec sympathie, la jeune femme qui entrait dans son bureau. Sa lettre ne lui avait rien appris. C'etait une simple demande de rendez-vous, une lettre d'affaires, courte et impersonnelle. C'est tout au plus si la fermeté de l'écriture lui avait révélé que Carla Lemarchant était une jeune femme.
Maintenant, il l'avait devant lui. Grande, mince, n'ayant guère plus de vingt ans, une de ces femmes sur lesquelles les hommes se retournent volontiers. Elle portait un ensemble admirablement coupé et des fourrures de prix. Le port de tête avait quelque chose de fier, le front large, le nez spirituel et le menton volontaire. Mais ce qui frappait en elle, c'était, plus que sa beauté, la vie dont elle débordait.